Violences conjugales : Se reconstruire

La femme qui a subi des violences physiques et psychologiques est dans un état proche de la détresse, combien même elle aurait quitté son agresseur. Souvent encore sous emprise, (elle le nie), il lui faut faire face à une réalité qu’elle n’avait jamais envisagée, tant la honte du dévoilement était au-dessus de ses forces. Partir et retourner à plusieurs reprises dans les lieux de souffrance, est chose à peine dicible. Désorientée, parfois atteinte du syndrome de la femme battue persuadée que nul ne pourra lui venir en aide, il est nécessaire de l’accompagner dans la toute première démarche du dépôt de plainte.

Habitée par le doute et la culpabilité, un changement d’attitude reste toujours probable en raison de la difficulté à se déprendre de la promesse de bonheur de la vie à deux. Oser témoigner est difficile parce que la désobéissance à l’injonction de la mère : « Tiens bon ça passera, tu dois rester mariée », préoccupée par le paraître, conditionnée par l’aura de respectabilité de l’alliance reste vivace. Ton père était comme cela, ton grand-père aussi.

La peur d’avouer à l’entourage ce que l’on a enduré, de ne pas être crue ou entendue, parce que l’auteur des faits est un homme charmant avec les autres, est une autre manière de continuer à le protéger. La femme est piégée dans la représentation de femme debout, celle qui régit la vie des autres, solide et déterminée dans son milieu professionnel, il est impensable qu’elle soit victime de violences domestiques.

La parole nomme la souffrance, exprime le ressenti, consolide la décision de se dire victime. Elle met en accusation des éléments extérieurs indépendants de la volonté de l’agresseur en butte aux actes sorcellaires dus à la jalousie, mais ne gomme pas non plus la culpabilité en posant la question de sa responsabilité ou de sa complicité pour avoir accepté les atrocités pendant un laps de temps.

L’acte un de la reconstruction de l’estime de soi consiste à reconnaître l’échec de la relation sans s’accuser de fautes commises, sans croire à des manquements personnels. La détermination à dénoncer les faits est de l’ordre de la responsabilité doublée d’une volonté à prendre sa vie en main, ce qui n’est pas toujours confortable. Le temps est un atout majeur, car le stress post traumatique (l’anxiété, les comportements improductifs, l’insomnie) ne disparaissent pas tout de suite. Ce qui importe c’est ce farouche vouloir à rebondir.

Le temps d’après

La sortie de la situation de désastre procure à la femme violentée un soulagement immédiat qui ne suffit pas à la libérer de certains tourments telle l’incompréhension de la désunion du couple rêvé, la nostalgie des moments heureux. La nécessaire introspection, face-à-face avec soi, oblige à identifier les blessures qui au fil des années ont contribué au démantèlement de l’être. D’abord les pertes :

  • Perte de l’identité. La question du qui suis-je ? n‘a jamais été aussi cruciale. Une femme est-elle objet ou sujet, quelle femme peut admettre d’être humiliée de façon incessante sans entreprendre une action quelconque. C’est quoi se sentir femme ?
  • . Perte de l’estime de soi. Quelle valeur ai-je de moi ? Comment me regarder dans le miroir sans réagir. Ou est passée ma dignité ?
  • Perte de la confiance en soi. D’où vient ce doute permanent ?

Ensuite, sans détours, s’attaquer à démythifier le passé en se remémorant les affres subis, les détails blessants, les sentiments du moment, afin de mieux comprendre ce qui se jouait là dans un huis clos. L’inconscient a ses règles, il contient, travestit, agit en trompe l’œil, met l’accent sur un fait jugé anodin, donne sens au lapsus, embrouille souvent, mais enfin analysé, il ne ménage aucune susceptibilité. La mise en lumière des incompatibilités ne justifie en rien la violence.

Un couple se compose de deux personnes. L’important est de comprendre les peurs, les besoins qui ont permis d’accepter les humiliations et la passivité pour obtenir l’approbation du compagnon. La relation à la mère et son phénomène d’emprise donne sens au comportement d’une adulte pétrifiée dans une situation similaire. La crainte de perdre l’approbation et la considération du premier objet d’amour se répète dans une totale confusion. Plaire, à tous prix, au détriment de sa personne, faire encore mieux face à l’insatisfaction et le reproche de l’autre, jusqu’à ne plus savoir ce qu’il attend.

L’analyse de ces années vécues ne doit pas servir à se torturer mais à réaliser les impasses dans lesquels s’étaient engouffrées les espérances de départ. Le but est de décortiquer les éléments qui n’étaient pas visibles parce que non compris et s’autoriser à s’absoudre du sentiment de lâcheté d’avoir admis l’insupportable et de ne pas avoir franchi le seuil sans se retourner plus tôt. Se pardonner est salvateur. Le responsable se doit d‘être nommé : il est l’agresseur.

Les séquelles des violences conjugales ne sont pas les mêmes selon les personnalités. Une femme ayant fait l’objet de diverses agressions, demeure plus fragile à cause des traumas réitérés. La demande d’aide porte sur une anxiété prolongée, une difficulté à vivre au travail, un évitement de situation qui rappelle les évènements, un engourdissement émotionnel.

La psychothérapie aide à mettre un baume sur les blessures narcissiques, à reprendre le cours de sa vie, à se déprendre de cette idée du couple idéal, à aborder la réalité. L’éclairage nouveau des besoins et des attentes de chacun suggère que le désir inconscient de changer l’autre est chose quasi impossible. Demeure la possibilité de se changer soi. La prise en charge psychologique autorise à ne plus se préoccuper du jugement des autres qui mène à la dépendance et facilite la manipulation.

Une nouvelle rencontre est toujours gratifiante, mais elle n’est pas sans risques. Se sentir désirée, exister sur le plan sentimental est jouissif. La précipitation est un piège de la répétition. Le nouveau partenaire est choisi en fonction d’un besoin de vengeance, il ressemble à l’ancien mais le conscient ne le sait pas. Le couple formé ne résistera pas à la similarité.

La rancune envers le masculin, induit une méfiance et un mépris que conditionnent la crainte et la fuite de toute proposition par peur de se faire avoir une seconde fois. L’hésitation génère un déchirement, l’isolement guette. Une jeune femme solitaire est mal vue dans la société antillaise. Sa mise en accusation porte sur la dissimulation de pratiques sexuelles nombreuses et cachées, ou sur une malédiction divine, corollaire d’une malfaisance familiale dont elle paye le tribut. La prise en charge psychothérapeutique va apprendre à faire face à la solitude dont la réussite s’inscrit au registre de l’harmonie retrouvée.

Se reconstruire demande de la patience et passe par des gestes et des attitudes tels :

  • S’entourer de personnes bienveillantes qui ont la sagesse de respecter les silences, toujours à l’écoute sans donner d’opinions.
  • Combattre les pensées négatives
  • S’investir dans un projet gratifiant à long terme
  • Être attentive à ses besoins
  • Prendre soin de son physique, la pratique d’un sport pour une remise en forme, le massage rappelant les soins de puériculture dans un rapport maternant et bienveillant, la coiffure qui a toujours une grande importance dans l’être soi, l’esthétique critère de féminité retrouvée.
  • Oser, apprendre, tenter l’aventure de la nouveauté
  • Prendre soin de soi et s’aimer.

La sérénité et l’équilibre durable n’arriveront qu’après le deuil de la relation.

Reste la prévention indispensable au vivre ensemble. L’éducation des filles et des garçons est un élément majeur capable de changer les comportements. Le modèle familial et sa dynamique violente doit faire l’objet d’informations adaptées. Un clip de prévention tout récent est le reflet de ce qu’il ne faut absolument pas diffuser. Le retour au domicile d’une femme battue qui se termine par la mort du conjoint et son arrestation. Prévenir c’est d’abord apprendre à décrypter les signes avant-coureurs d’une situation de violence, à éviter les passages à l’acte, à se diriger vers les institutions d’aide, et à communiquer leurs coordonnées.

Les femmes et les hommes doivent construire un avenir plus serein.

Fait à Saint-Claude le 6 décembre 2020

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.