Dépression et suicide en Guadeloupe

Sénèque à son époque disait : « Le mal qui nous travaille, n’est pas dans les lieux où nous sommes, il est en nous. Nous sommes sans force pour supporter quoi que ce soit, incapable de souffrir la douleur, impuissants à jouir du plaisir, impatients de tout ? Combien de gens appellent la mort, lorsqu’après avoir essayé de tous les changements, ils se trouvent revenir aux mêmes sensations, sans pouvoir rien éprouver de nouveau »[1]

Cette citation rejoint le mode de pensée des pays industrialisés où le suicide est un acte personnel qui n’affecte que l’individu. Il semble alors dépendre que de facteurs individuels qui l’arrimeraient à la seule psychologie. Le modernisme et ses nuisances stressantes en donne un autre éclairage, car les sociétés à un moment de leur histoire ont une aptitude définie pour le suicide. On y mesure son intensité en examinant les chiffres des morts volontaires dans la population de tous âges et des deux sexes.

Le suicide s’est partout accru, mais dans cette marche en avant, chaque société a son coefficient d’accélération qui lui est propre. En Guadeloupe et en Martinique, l’augmentation en peu de temps du phénomène pose la question de ses causes et de ses représentations.

Qu’est-ce qu’une représentation ? C’est l’image véhiculée par les groupes sociaux correspondant à un mode de pensée (l’idée que l’on se fait de.) La culture donne contours aux représentations, un même fait n’aura pas la même signification sous toutes les latitudes.  Par exemple, la femme enceinte est sujette à des rites de préservation de la santé : ne pas aller aux enterrements, ne pas sursauter devant une bête effrayante, ne pas se gratter en cas d’envie. L’enfant naît à neuf mois et dix lunes. L’humain est en relation avec le monde cosmique, celui des divinités, mais aussi celui des forces du mal. La représentation du suicide ne saurait se dissocier des représentations de la mort, de la maladie mentale, de la souffrance.

L’avancée en modernité a érodé l’interdit culturel des manifestations de tristesse avec le dire sans culpabilité des migrants évoquant leur dépression soignée, donc reconnue. Le droit à la tristesse a adouci le jugement qui intimait à l’enfant battu de se taire sans pleurs : « Pé pé sek. ». La société de la misère obligeait à serrer les dents, attitude nécessaire à la survie, contenant un grand pourcentage de fierté. Les pleurs établissaient une ligne de démarcation entre femme et homme : « Un homme çà ne pleure pas ! » Cà c’était avant. La tristesse se dévoilait dans les chants monocordes, lancinants, tels des sanglots égrenés mais masqués par la fonction du chanter. Il suffisait d’écouter les lavandières les lundis de rivière, les unes à côté des autres.

Quand une personne donnait des signes de folie douce (amaigrissement, insomnie, inactivité, yeux éteints), l’environnement conseillait les sorties et les réjouissements. Ne pas quitter le lit le matin était impensable. En ces temps reculés, la dépression était inscrite au registre de la paresse. L’information grand public génère aujourd’hui une banalisation de toute pathologie même grave en syndromes dépressifs. Sous la poussée d’une plus grande tolérance, les jugements de valeur ont perdu de leur emprise.

Mais pourquoi le suicide s’enferme-t-il encore dans le déni ? Pourquoi conserve- t-on bouche close sur la décision de mettre un terme à la vie ? Quel sens prend se donner la mort ?

La représentation de la maladie mentale renseigne sur les rapports entretenus de l’imaginaire antillais avec les connaissances et les croyances.

Chaque époque à sa façon d’interpréter la maladie. Par exemple les épileptiques étaient des êtres désignés par le destin, ils étaient entourés de l‘aura du don magique, les soubresauts du corps, alertaient sur la survenue d’un évènement heureux ou malheureux. La phase stertoreuse était synonyme de transe et de possession. Ce statut social et ésotérique a été perdu avec la rationalité scientifique. Le social a remplacé Dieu ou le destin dans les pays occidentaux et industrialisés où les maladies sont des maladies sociales : alcoolisme, névrose. Ici l’humain, désemparé n’a d’autres consolations que la religion qui tente de le convaincre que la souffrance est une épreuve voulue par Dieu. Elle s’ancre aussi dans le mal commis :

  • La malédiction divine quand le parent malfaiteur n’a pas été de son vivant châtié, la punition atteint les descendants jusqu’à la septième génération. La souffrance n’est plus individuelle mais devient affaire collective, la vie du malade lui échappe pour ne plus appartenir qu’au discours de l’autre.
  • Le giyon (malédiction aggravée) signe la cruauté de l’agresseur devenu victime. La malédiction suprême est celle de la mère à genoux qui maudit la violence de son enfant envers elle. 
  • Le choc en retour, retour de l’acte sorcellaire à l’envoyeur, le processus d’œil pour œil, dent pour dent ne trouve pas de solution curative.
  • La lecture de mauvais livres, dans le sens de livres interdits de sorcellerie permettant de manipuler les forces occultes. Lire intensément est synonyme de pathologie mentale : « trope kalkils » (surabondance de réflexions) dans un monde de l’oralité.
  • Le don de son âme au diable dans la passation de pactes de toutes sortes à des fins de pouvoir ou d’enrichissement 

Le plus courant de cette représentation se situe dans le mal subi :

  • La sorcellerie dans sa déclinaison la plus banale avec la maladie envoyée : agressions sorcellaires par le truchement du sorcier moyennant paiement. La victime tombe sous le coup de la jalousie et de la méchanceté d’autrui.

C’est ainsi que les signes cliniques tels :

  • Les hallucinations auditives, olfactives sont des manifestations de sorcellerie ou se rattachent au mysticisme avec les exemples de Jeanne d’Arc, Thérèse d’Avila, Bernadette Soubirous.
  • Les hallucinations visuelles sont l’apanage de personnes né coiffé détentrices d’un don magique.
  • Les hallucinations cénesthésiques correspondent au toucher des invisibles, morts bienveillants ou persécuteurs.

 L’humain voué à la jalousie des autres est dans l’obligation de se protéger et de se défendre.  La folie n’est pas une maladie, elle est désordre et dérèglement. A la folie furieuse s’oppose la notion corrective de folie douce et de dépression.

La folie douce est qualifiée de folie d’amour où l’âme en berne se languit, le corps las, les yeux dans le vide. Cet état est dù à une déception amoureuse dont souffre uniquement la jeune fille ou la femme délaissée. Dérèglement passager, elle disparaît dès qu’une passion nouvelle enflamme les sens. La sagesse populaire conseille les sorties, et réprouve l’isolement et le repli sur soi. Si la déception amoureuse s’apparente à la maladie, c’est pour mieux souligner la punition à laquelle elle a droit. Mieux vaut être malade que de souffrir d’amour. On ne pleure pas, on chante, l’interdit culturel de la tristesse signe une ligne de démarcation entre l’éducation des filles et des garçons.

Représentation de la dépression

Elle était assimilée à une fatigue généralisée due au surmenage (veillées tardives dues à l’apprentissage), à la lecture de mauvais livres (livres de sorcellerie interdits). Quand survenaient la perte d’appétit, l’amaigrissement, l’insomnie, l’inaction et le silence, le traitement traditionnel consistait en une vitaminothérapie auquel s’ajoutait une alimentation revigorante donnée aux convalescents après une grave opération chirurgicale (blanc d’oeuf battu dans de l’eau de fleur d’oranger, bouillon de légumes au pied de devant de veau, jaune d’œuf délayé dans un petit verre de madère à jeun, jus de viande rouge.) L’intervention du psy n’était pas sollicitée. Simultanément le médecin généraliste et le gadé-zafé aidaient au rétablissement d’une santé minée par la jalousie d’un proche ou la « charge » d’un livre magique au pouvoir maléfique que seule une volonté dominatrice parvient à maîtriser. La dépression était alors réduite à une défaillance physique, elle demeurait la maladie des êtres qui pensent, qui s’instruisent, ceux qui sont ivres de connaissances et de secrets. 

La dépression persécutive

A l’intérieur d’une structure dépressive, se présentent des variations qui faussent le diagnostic, le faisant dériver vers des étayages obsessionnels ou délirants. La culpabilité, support de la dépression (si le dépressif se déçoit, c’est parce qu’il aura déçu) ne se déploie pas dans l’expression de la pathologie antillaise. Par contre l’existence du sentiment de dévalorisation de soi, d’autodépréciation douloureuse dans cette maladie de l’idéalité qui est le résultat d’une intériorisation de l’imaginaire des parents, intensifie l’angoisse : « Tu n’es bonne à rien. » La condamnation permanente d’incapacité induit un conflit entre le Moi et ce vers quoi on tend : l’idéal du Moi. Le dépassement de soi qu’exige l’idéal du Moi est un fardeau sans fin qui fait que le désespoir du dépressif ressemble à l’agitation anxieuse de l’obsessionnel. L’infériorité se rattache à l’envie, à l’ambition, à la compétition, la culpabilité inhibe l’agressivité, l’infériorité la renforce en impulsant la notion de revanche, toutes deux n’ont de sens qu’envers un devoir être. La tradition judéo chrétienne ne se conçoit pas sans un univers tendu entre la chute et le jugement dernier. La cosmogonie antillaise est un monde gouverné par des puissances maléfiques qui légitiment la vie collective, imposant à chacun de ses membres sa place et sa fonction. La magie est le processus de compréhension de la société, les rapports entre les actes de paroles et les situations au sein desquels ils se produisent. « On a mis ma fille sur le trottoir » : les destins individuels sont asservis aux seules somations du mal, vaincus par l’obscure volonté d’un être méchant. L’individu n’est pas mauvais, il est habité par un être mauvais. Cette explication permet d’éviter la rupture du lien social et l’exclusion de la fratrie.

L’envoûtement reste l’expression privilégiée des obsessions internes rejetées à l’extérieur dont la fonction première est de préserver une partie du narcissisme et d’échapper à une angoisse immobilisantes. L’obsession peut être une représentation mentale soit visuelle, soit auditive. L’impossible culpabilité consciente entrouvre la perspective d’une double face de son avènement : une face mélancolique, une face obsessionnelle, lieu de prédilection du zombi. La mise en accusation des autres alimente des éléments persécutifs comme mode de défense secondaire à la situation d’angoisse (place dans le regard de l’autre.) Toutes les pathologies mettent en scène une sorte de confrontation des forces occultes avec le vivant qui camoufle les symptômes distincts pour ne montrer que la persécution majorée ou non de revendications. Ajouté à cela, la méconnaissance de la sémiologie dépressive, la fréquence des formes atypiques et trompeuses, la banalisation du vécu dépressif amplifient les difficultés du diagnostic. Les syndromes dépressifs peuvent apparaître au cours de l’évolution d’une névrose ou d’une psychose. La dépression antillaise survient brutalement sous l’action d’un facteur déclenchant insupportable qui conduit le sujet à adopter un comportement dans lequel il trouve un bénéfice. Parfois les signes de la dépression sont éclipsés par une attitude où l’agitation remplace l’inhibition psychomotrice, les manifestations délirantes traduisant l’anxiété, d’où les postures agressives. Certains indices peuvent orienter le diagnostic :

  • Les sensations d’étouffement ; manquer d’air est un signe de douleur morale.
  • La faiblesse des membres avec sa demande de vitamines et de fortifiants ; équivalent de l’asthénie ou du ralentissement psychomoteur.
  • Le désinvestissement affectif, indifférence, instabilité de l’humeur.
  • L’absence de prostration.
  • La perception mineure de tristesse
  • L’absence de culpabilité consciente.
  • Le détournement de la morbidité (on veut ma mort)
  • La mise en accusation d’autrui.
  • L’isolement
  • L’absence de concentration
  • Les idées suicidaires

Classiquement le déprimé s’accuse alors que le délirant accuse, en Guadeloupe le déprimé et le délirant sont toujours en position d’accusation. Chaque société dispose d’un mode de pensée. Ceux qui s’adaptent au modèle culturel sont gratifiés socialement.

Les causes de la dépression

Cette pathologie est la maladie des pertes : perte de l’appétit, du sommeil, de la mémoire, de l’estime de soi. Elle s’immisce à bas bruits dans les deuils successifs non faits. La modernité dans la suggestion du bonheur à travers l’étalage des objets de consommation a augmenté l’incapacité à gérer la frustration. Le chômage et ses difficultés financières, la précarité, la solitude, le stress journalier, les antécédents familiaux sont des éléments favorisants à telle enseigne que l’apparition d’une nouvelle forme du désespoir a permis la transgression de l’interdit. Le taux de suicide est élevé en regard au passé où il était banni (pas d’enterrement religieux), condamné (les mères menaçaient de punir par châtiments corporels le cadavre de l’enfant qui aurait jeté le discrédit sur la maison du bonheur dont elle était la pourvoyeuse.) Le retour du migrant a banalisé le terme, toute fatigue, toute tristesse peuvent entrer désormais dans le registre de la dépression, gommant ainsi la notion de honte familiale accolée à cet état. 

Chez les adolescents, la différence d’avec les symptômes répertoriés dans le DSM-5 et la CIM-10 (manuels diagnostique et statistique des troubles mentaux) fausse le diagnostic. Le regard au loin, perdu, immobile, sans intérêts peut précéder l’attitude de provocation, l’agression, le passage à l’acte hétéro agressif ou auto agressif (la tentative de suicide), la dromomanie (impulsion morbide à marcher la nuit.) Souvent la prise de substances psycho actives recouvre la souffrance. Quelques causes communes à ce jeune âge :

  • Le mal-être existentiel
  • L’échec des relations
  • Le divorce des parents
  • Le déménagement
  • L’absence d’idéal
  • Le sentiment d’être mal-aimé
  • La fascination pour la mort

Chez les séniors :

  • Le deuil de la jeunesse non fait
  • La perte de la partenaire
  • L’isolement

Chez les femmes quelques dépressions du post-partum et aussi du non-évènement (bébé à terme mort-né) requièrent l’intervention du psychanalyste. Elles sont plus sujettes à la mélancolie aggravée que les hommes dans le syndrome de Cotard (délire de la négation d’organes.)

Chez le nourrisson :

  • La dépression anaclitique, détresse chez l’enfant entre 6 et 12 mois ayant connu un lien d’attachement avec la mère, provoquée par la séparation, commence à poindre. Non prise en charge, elle évolue vers l’angoisse d’abandon.
  • De rares cas de mérycisme (régurgitation alimentaire, trouble de la rumination.)
  • L’agressivité précoce de l’enfant en absence dans le désir de la mère.

Mal traitée, la dépression s’aggrave et peut durer en longueur. On peut en avoir qu’une seule dans une vie, le moment de la vieillesse l’affirme, mais elle peut être cyclique et revenir chaque année à la même période. Les dépressions atypiques donnent le change ; cependant les troubles tels la prise de poids, l’augmentation du sommeil, la verbalisation du sentiment de rejet sont des indices à explorer.

Mort et suicide

 Il existe une bonne et une mauvaise mort. « Ou ké mô mal »[2] comme une prédiction /sentence à venir surtout dans les mots d’une mère, peut induire du tourment. 

  • Mal mourir serait périr dans d’atroces souffrances, ou être mutilé, ou disparaître selon on ne sait quel projet diabolique
  • Mal mourir serait pénétrer les voies de l’enfer sans passer par le purgatoire
  • Mal mourir serait expiation : payer sur la terre, payer outre-tombe
  • Mal mourir serait le gommage de toute une vie de vertu au service du bien
  • Bien mourir est tributaire d’avoir vécu de manière saine et respectable.

L’Antillais est confronté à des théories de la mort qui s’imposent tour à tour sans se contredire.

  1. Depuis le jour de la naissance, la mort est inscrite en l’humain, elle est décidée par l’Eternel. On ne meurt pas avant son heure, la mort est donc destin. Elle demeure un mystère, nul ne sait quand et où elle surviendra.
  2. L’individu peut mourir avant son heure par décision d’un malfaiteur (accident provoqué, maladie voyée[3], empoisonnement.) L’homme interfère dans les projets de Dieu et les contrarie. Le maléfique prend le pas sur le divin. L’une et l’autre théorie sont ancrées chez le même antillais. En cas de mortalité par destruction maléfique, le défunt erre sur terre attendant le jour de son jugement dernier. Il devient zombi ou esprit invisible qui rôde dans la maison frôlant parfois la parentèle qui sent sa présence par des signes : cheveux dressés, chair de poule. Le royaume de l’au-delà tient rigoureusement ses comptes. Personne n’y pénètre avant son tour. La victime tombe sous le coup d’une double injustice : quitter la vie avant décision divine et attendre sur terre en étant invisible.
  3. La mort précoce d’un enfant en avance sur son âge réel, ayant des aptitudes naturelles d’une logique acquise, s’explique par le fait que le paradis ouvre ses portes aux gens intelligents. 

Cette explication est à rechercher dans la punition de l’effet de fascination : « Trop beau, trop intelligent pour rester sur terre. »

On peut échapper à la mort par miracle : l’arbitraire de Dieu n’a pour contingence que celle de l’histoire de l’homme : ce qu’elle moralise, ce qu’elle sanctifie c’est l’intensité spirituelle de sa foi.

L’interdit religieux du suicide avec l’évolution de la compassion a disparu. Avant, l’église catholique n’accordait pas de cérémonie religieuse aux suicidés engoncés dans l’opprobre du péché. Quelques-uns, statut social aidant, recevaient sur le parvis de l’église l’encens et l’eau bénite, sans en franchir la porte.

L’acceptation du clergé n’a pas abaissé le seuil du déni du phénomène qui est à rechercher dans la place qu’occupe le suicide dans l’ensemble de la vie morale. Les lèvres font l’aveu du suicide survenu lors d’hospitalisation ou à la sortie quand la psychopathologie est évidente. La folie est évoquée : une folie agitée, délirante, menaçante qui absout la cause qui peut être ou ne pas être interne au sujet. Perdure encore que les causes de la mort sont situées hors des individus, beaucoup plus qu’en eux. Le malade mental n’est pas responsable de ses actes.

Représentation de la maladie

A inventorier les représentations de la maladie, on y trouve la notion de mal commis et de mal subi. Pourquoi devient-on fou ? La population criera sur les toits que ce sont les effets du mal. Par ordre décroissant on trouve :

  • La sorcellerie générée par la jalousie (violence imaginée d’autrui, convoitise du corps de désir)
  • La lecture des mauvais livres (connaissances interdites)
  • L’apprentissage intense (transgression dans une société sans écriture)
  • Le choc en retour (renvoi de l’acte de sorcellerie)
  • La malédiction divine qui punit le malfaisant.
  • Les pactes diaboliques (ti monss, argent gagé)[4].

Se dessinent en filigrane les pratiques sorcellaires, maléfiques explicatives de tous maux.

La bonne et la mauvaise mort dans une agonie qui n’en finit pas avec le déparler, punit le méchant dans un ultime sursaut de la crainte de Dieu.

Représentation de la souffrance

La culture est un système de valeur fonctionnant sur le mode de l’intégration ou du rejet. Une mère dont l’enfant pré pubère menace de se tuer lui dit : « Je te fouetterai sur ton lit de mort. » Sa désapprobation irait jusqu’au châtiment corporel. Elle ne saisit pas dans cette menace l’alerte de la souffrance.

La société du paraître entretient un rapport contrasté avec la souffrance. Se plaindre c’est offrir au regard sa situation de faiblesse. L’interaction avec le divin est patente dans le dolorisme religieux (mythe rédempteur.) Afin de tester la capacité de l’humain, le fatum le met face aux épreuves à surmonter. L’acceptation et la résignation face à la souffrance le valorisent aux yeux d’autrui. Il est choisi : être choisi par Dieu est un acte d’amour. Cependant, il est des lieux permis à l’expression de la souffrance. Les veillées et les enterrements libèrent les pleurs des non apparentés, inconnus de la famille, qui n’arrivent plus à se contenir. Les cris et les malaises des veuves et des mères sont légitimés. Les rites de préservation de la santé inscrits dans l’imaginaire, suggèrent qu’elles restent à la maison durant les funérailles.
Les composantes comportementales de la douleur, les plaintes, les mimiques, sont des manifestations réactionnelles qui ont une fonction de communication avec l’entourage. L’environnement familial et amical et pas seulement (les soignants aussi) vont par leur attitude autoriser les plaintes. Un peu c’est bien mais en permanence, non. Un homme pleurnichard est mal supporté.

On retrouve le sens de la plainte douloureuse dans la biographie et son rôle dans les relations interindividuelles. En premier lieu :

  • Le gommage de la théorie du héros valeureux
  • L’échec du défi envers l’imminence d’anéantissement
  • La faille de la résistance
  • L’altération de l’image de soi

Les plaintes à minima conservent le lien.

Aujourd’hui les personnes dont la demande d’aide est impossible à formuler autrement que par la douleur du corps, ne sont pas toujours comprises. Mais il faut savoir discerner à quel moment elle fournit un moyen de contrôle de l’entourage pour compenser un manque de maîtrise confinant à la dépendance affective.

La rapidité avec laquelle s’est accru le suicide dans nos régions, signale que le pouvoir que la religion exerçait est caduc. Le croyant attaché à son groupe confessionnel était sous influence de préceptes impératifs qu’il appliquait aux différentes circonstances de la vie. Il n’avait pas à se demander où tendaient ces démarches, il les rapportait toutes à Dieu parce qu’elles étaient pour la plupart réglées par Dieu, c’est-à-dire par l’Eglise qui en est le corps visible. Mais aussi, parce que ces commandements sont censés émaner d’une autorité surhumaine, la réflexion humaine n’a pas le droit de s’y appliquer. La religion ne modère le penchant au suicide que dans la mesure où elle empêche l’homme de penser librement. Mais cette mainmise sur l’intelligence individuelle est difficile et le deviendra davantage : c’est l’histoire même de la libre pensée.

Quand la religion n’est plus qu’un idéalisme symbolique, qu’une philosophie traditionnelle, plus ou moins étrangère aux préoccupations quotidiennes, il est difficile qu’elle ait sur l’humain beaucoup d’influence. Il est trop de choses qui sont sans rapport avec elle, pour qu’elle suffise à donner un sens à la vie. L’Eglise ne servant plus de contenant à la prohibition du suicide, c’est vers la famille que l’intérêt se tourne pour comprendre ce qui fait sens dans sa dissimulation. Autrefois la société domestique n’était pas seulement un assemblage d’individus unis entre eux par des liens d’affection mutuelle, elle était un groupe dans son unité : le nom, la réputation. Tout cela tend à disparaître. Une société qui se dissout pour se reformer sur d’autres points, mais dans des conditions toutes nouvelles et avec de tous autres éléments, n’a pas assez de continuité pour se faire une physionomie personnelle, une histoire qui lui soit propre et à laquelle puissent s’attacher ses membres. Si les hommes ne remplacent pas cet ancien objectif de leur activité à mesure qu’il se dérobe à eux, il est impossible qu’il ne produise pas un grand vide de l’existence. Cette cause ne multiplie pas seulement les suicides d’époux mais aussi de célibataires, car l’isolement renforce la tendance au suicide. Autrefois les gens restaient confinés dans un milieu géographique ou ne s’en éloignaient pas longtemps, aujourd’hui il est inévitable que les individus se répandent au gré de leur ambition et au mieux de leurs intérêts dans des espaces plus vastes qui leur sont ouverts. Une des causes du suicide chez la personne âgée, la solitude, est un indicateur du silence qui recouvre ce fait. La mort est obsédante à certains moments quand la détresse est si difficile à surmonter qu’elle emporte le goût de vivre. Les deux causes principales de ce désarroi sont l’absence de projet et la solitude. Le veuvage accentue cette situation :-(plus de conjoint, plus d’enfants, les amis sont tous partis) – les hommes sont plus vulnérables. La perte les affecte au point que leur reviennent les drames d’enfance ou d’adolescence insupportables avec l’impression de pouvoir reproduire la scène en s’auto agressant ; une identification à l’agresseur comme pour ressentir une émotion dans ce corps privé de sensations. La mort de l’être charnel met en évidence l’être tombé en vieillesse, surpris par l’âge. La solitude favorisant les ruminations mentales donne peu de répit au constat de la mort du corps de désir, mort partielle avant la mort totale.

La recherche de spiritualité ne diminue en rien l’idée de suicide par défenestration, pendaison, arme à feu. On sous évalue le pourcentage des suicides dans la tranche d’âge des 70-85 ans. Certains sont camouflés par les familles en morts accidentelles ou subites. Le décès de l’épouse est un traumatisme sévère ; c’est dans l’année qui suit ce décès que la dépression survient. Elle est rarement caractérisée par des pleurs ou de l’abattement, mais par une agitation improductive, des accusations permanentes, une baisse de l’appétit, de fortes pulsions d’autodestruction. L’exigence de ne pas être seul ne serait-ce qu’un instant dit la crainte du passage à l’acte.

Aujourd’hui la société médicale conforte l’espérance d’une éternelle jeunesse, donc de l’immortalité. La crise du vieillissement qui commence à poindre chez les femmes et les hommes serait une étape pour renoncer à l’illusion de l’immortalité. Quand elle échoue, elle cède place à la crise suicidaire.
Les signes annonciateurs s’installent à bas bruit : perte de l’estime de soi, dévalorisation, diminution des capacités cognitives et motrices, repli sur soi, surgissement de l’angoisse. La régression chez certains est rapide et la détérioration psychique aussi. La dépression s’installe à travers un cortège de troubles alimentaires, troubles du sommeil et troubles confusionnels. La mort est attendue et souhaitée, réclamée à autrui et finalement réalisée.

Pourquoi taire la mort volontaire de la personne âgée ? Parce qu’elle est innommable.

La personne âgée est engluée dans une aura de sagesse, de sérénité, d’apaisement. Elle est devenue ce corps à protéger selon l’atteinte des ans. Mère plus que père se doit de raler kanot [5]dans une absence de sexualité, une revirginisation, dans l’absence de désir. Le remariage d’une mère est difficilement accepté quand elle est dans la tranche des septas, la messe et le chapelet sont préférables aux mouvements désordonnés du corps : « Elle risque de rester bloquée » m’a dit un fils.

Une vie harmonieuse ne supporte pas l’idée même du suicide. Quand il survient, l’incompréhension est à son comble. Les descendants refusent d’en inventorier les causes, déclinant bouche fermée la part octroyée à la solitude. La culpabilité est si forte que ce n’est que l’antre du psy qui écoute les raisons de l’abandon passif, les liens n’étant pas très forts, ou de l’abandon actif d’une relation passionnelle et conflictuelle nécessitant une rupture pour souffler un peu. Camoufler l’acte c’est demeurer dans le paraître d’une bonne réputation familiale, c’est échapper à l’opprobre de l’environnement toujours prêt à porter un jugement négatif. Des deux côtés, s’aperçoit la faillite : faillite de la sérénité supposée de l’aîné, faillite dans la logique de la prise en charge, d’autant plus que l’accent culturel est mis sur nourrir pour être nourri à son tour. Les devoirs des parents sous-tendent les devoirs des enfants. Les rivalités sororales produisent des conflits dont la personne âgée est au centre et qu’elle ressent, décidant de mettre fin à ses jours pour n’embarrasser personne.

La personne âgée morte par suicide interpelle la parentèle qui n’a rien vu venir, par crainte d’être soupçonnée de négligence. L’intolérable et l’insupportable rappellent qu’il fut un temps où les voisins se souciaient en l’absence de parentèle, de nourrir, de veiller à l’hygiène des gens qui s’éteignaient en douceur. Il fut un temps où la pestilence ne signalait pas de corps en putréfaction. Il fut un temps où la sacralité du privilège de l’âge s’asseyait sur un trône de sagesse. La mémoire de ce temps autorise l’interdit culturel qui pèse sur le suicide.
Dans certaines contrées telles le Japon, l’estime de soi est si forte que la représentation du suicide est autre. Au pays des shoguns, des seigneurs de guerre et des samouraïs, la parole est libre sur l’histoire de deux femmes abandonnées par les leur qui se sont laissées mourir de faim plutôt que d’aller à la soupe populaire et au service social : surtout ne pas crier au grand jour leur part de responsabilité, s’il en est, dans la négligence des liens de filiation.
Toutes les sociétés aussi modernes soient-elles ont des représentations et des croyances qui balisent le fonctionnement du groupe malgré les contradictions de ses membres. Elles permettent de marquer la frontière avec le monde extérieur, soulignant l’appartenance et une identité commune.

Le suicide de la personne âgée est un indicateur de changement social qui nécessite une procédure de prévention.

« Mais il y a-t-il quelqu’un pour entendre mourir les roses qui se fanent ? » Albert SCHWEITZER

Fait à Saint-Claude le 13 Janvier 2020


[1] De tranquillitate animi,II,sub fine, cf. lettre XXIV

[2] Tu mourras dans les pires souffrances

[3] Maladie par acte sorcellaire commanditée par l’ennemi et concoctée par le sorcier

[4] Ti monss est un être surnaturel obtenu par couvade d’un œuf pondu le vendredi Saint par une poule noire quarante jours durant sous l’aisselle d’un homme. Il a pour fonction de l’enrichir

L’argent gagé est une jarre de pièces d’or donné en rêve à un quidam. Pour l’obtenir il doit donner un sang innocent. Tout enrichissement soudain associé à une mort d’un enfant délie les langues.

[5] Littéralement : tirer le canot au rivage

Partager

1 réaction sur “ Dépression et suicide en Guadeloupe ”

  1. Max EDINVAL Réponse

    J’ai trouvé très instructives, remplies de matière pour approfondir de saines réflexions. Pour nous permettre d’avancer vers l’altérité, il est impératif de lire. Merci, Madame !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.