Tu roules

Publié dans Le Progrès social n°2669 du 14/06/2008

L’heure de pointe et ses encombrements pressent pare-chocs contre pare-chocs des véhicules de toutes catégories. La circulation est au ralenti. On pourrait se croire à l’abri des dangers occasionnés par la vitesse. Il n’en est rien. Il te faut te distinguer au rond-point, alors que tu n’es pas prioritaire. Tu avances d’autorité et l’autre ne cède pas, sûr de son droit. L’embouteillage causé par l’accident retarde les gens pressés de se rendre au travail ou ailleurs. Pour gagner une seconde tu perds au moins quarante cinq minutes.

Es-tu capable de porter une critique sur ce fait ?

Mais non ! tu recommences. Tu as la mémoire courte. Au rond-point la priorité appartient à celui qui est déjà engagé. Sur ta droite un panneau te dit : céder le passage. Les voitures sont souvent étrangères ( américaines, allemandes, japonaises, chinoises etc…) elles ne savent pas lire, mais toi ? Tu es allé au cours d’auto école, ton moniteur t’a expliqué ce que cela voulait dire. Tu pratiques la débrouillardise : gagner une place de devant, être le premier, là, sur la route parce que tu ne l’es nulle part d’autre.

Une revanche à prendre ?

Courir un risque pour rien. Te voilà coincé derrière les autres, dans une file, sans possibilités de dépassement. Tu t’élances cependant. Le conducteur qui arrive en face évalue le danger, hurle quelque chose deviné. La dame à ta droite freine à mort, une chance ; un méchant aurait accéléré te mettant dans une situation difficile. Tu continues ton avancée périlleuse le long de la nationale 1, ne respectant la limitation de vitesse qu’au croisement des radars de Sainte-Marie de Petit-Bourg et de la Jaille. Tu roules vite même avec le A apposé à l’arrière et qui signale que ton permis date de moins d’un an. Tu roules comme engagé dans une course poursuite même quand le camion comporte les chiffres 80 et 90 en gros, visibles de loin.

Tu roules sans respect du stop, chargé d’une cargaison d’enfants scolarisés qui trépignent de frénésie, grisés par la transgression de l’interdit et le coté asocial de la chose. Parce qu’ils savent les enfants ce qu’il ne faut pas faire. L’école se charge de les éduquer en ce sens alors que leurs parents se soucient peu des règles de la route. Ils voient et comprennent très tôt que chacun pratique sa propre loi sur la route et partout. Ils en ont l’exemple au quotidien. Comment exiger d’eux plus tard qu’ils se soumettent à une norme. Peut-être faudra t-il leur expliquer que leur vie est en danger, que la violence routière n’épargne personne : ni les nourrissons, ni les adolescents.

Commencer son existence dans un fauteuil roulant sans espoir de tenir sur ses pieds à cause d’une faute grave d’un chauffard est inacceptable. L’accident  occasionné par un dérèglement, une défection du moteur du véhicule peut se pardonner en évoquant la fatalité, l’absence de chance. Mais l’excès de vitesse, le taux d’alcoolémie élevé, la prise de substance psycho active sont des actes irresponsables relevant de la cruauté.

De surcroît tu ergotes et ne reconnais pas tes erreurs. Tu fuis, camoufles le véhicule endommagé, discutailles quand l’évidence se fait jour, t’inventes des circonstances atténuantes. Tu évites la réalité. A la limite un esprit frappeur se serait emparé de ton âme, te forçant à agir. C’est peut-être vrai dans le sens où l’individu le plus affable, le plus courtois devient un démon dès que ses doigts tiennent le volant. Une transformation maléfique due à la toute-puissance ressentie par une ambiance artificielle : l’atmosphère calfeutrée, la notion de frontière et de territoire. Tu te crois chez toi et le monde t’appartient. La puissance du véhicule devient la tienne. On ne saurait t’arrêter ou te ralentir. Maître de l’île, les autres doivent s’incliner sur ton passage. Tu fends et pourfends l’air tel un invincible. Tu as priorité partout tel un seigneur sur ses terres. Que l’on t’égratigne un  peu ciel ! Ta magnifique carrosserie est enviée par les jaloux, les malfaisants. On en veut à ton corps.

Qui ose porter la main sur toi ?

L’autre devrait se confondre en excuses, avancer des arguments qui tiennent debout. Tu es en colère. Par contre toi, tu peux modifier le chemin en champ de bataille. Certains jours on dirait Verdun. Des carambolages en série, des voitures le capot ouvert sur un cri muet. Il ne pleut pas pourtant. Comment éprouver une telle haine contre son véhicule et celui de l’autre ? A croire que l’oubli recouvre le moment  du rêve où tu te voyais t’asseyant dans celle aperçue à la télé ou chez le concessionnaire auto, ou sur le dépliant des vacances. Tu as attendu d’avoir un petit fond nécessaire afin d’acquérir une bonne occase te permettant d’aller à ton premier emploi, de faire les courses de ta maman et de l’emmener à la plage. Pourquoi n’as-tu pas une meilleure attitude envers cette auto qui te procure du plaisir et des commodités ?

Confies-toi : cassais- tu tes jouets ?

Tu l’aimes ton véhicule. Tu le bichonnes, le lustre, lui ajoutes des accessoires, l’habille à la mode tunning. Conviens que ton attitude est contradictoire. Il est propre, bien entretenu comme ton habitat.  Mais dis-moi, est-ce que tu jettes tes papiers gras sur le carrelage de ton beau salon ? Et pourquoi tu les balances par ta vitre sur la chaussée et mon pare-brise ? Pourquoi ton mégot m’oblige à relever ma vitre ? Mais tu t’arrêtes net sans que les feux arrières ne me le signalent. Tu téléphones oubliant que je dois m’organiser pour éviter de te rentrer dedans. Tu te soucies peu des autres. Tu es grave quand tu roules, tu es dangereux quand tu décides de déposer un passager sans mettre le clignotant et en plein virage. Les abris bus existent depuis belle lurette. Tu ignores qu’ils sont destinés au transport dont tu es responsable ? Une minute après tu recommences : plaire est ton métier, surtout aux dames.

Garer constitue une histoire, qui racontée aux enfants leur causerait de l’effroi. Tu montes sur les trottoirs entravant la marche des piétons ; tu es prêt à rentrer dans la vitrine du boulanger, tu accapares la rue devant les écoles interdisant l’accès aux habitants du quartier. Les parkings des hypermarchés sont pleins, tu t’engouffres dans la place réservée aux handicapés. Aimerais-tu, sincèrement et sans détour qu’un proche venant en consultation dans un hôpital ne puisse bénéficier d’une place qui lui est due ? Tu travailles dans ce lieu hospitalier et sans vergogne, chaque jour tu occupes cet espace sous prétexte que c’est le seul moyen d’éviter à ta voiture les outrages des écorchures de tes collègues. Mieux que quiconque tu devrais être sensible au besoin de ces humains à aider.

Souviens-toi du slogan : « Tu veux ma place, prends mon handicap. »

Quand tu descends de voiture c’est aussi la cata : tu ouvres ta portière sans jeter un regard, mais tu ne sors  pas tout de suite ton corps pourquoi ? Que crains-tu ? Que ta jambe ne soit touchée par un choc comme le crâne du jeune homme à moto ? Je te donne de ses nouvelles : les séquelles de son traumatisme crânien ne lui permettent pas de reconnaître sa famille, ni de trouver le chemin de sa bouche. Désires-tu l’aider à manger, à se laver ? La suggestion que je devrais soumettre aux autorités est celle-là : obligation doit être faite aux chauffards de passer deux week-ends par mois, ce durant trois ans au chevet des traumatisés de la route, à l’exception des mois de juillet et d’août. Tu vois je t’accorderais un répit de vacances.

D’habitude, j’emploie le vouvoiement pour m’adresser aux personnes que je ne connais pas, par respect, quel que soit leur âge. Tu as remarqué, je t’ai tutoyé durant tout le texte. Dans mon cas c’est signe d’un rapprochement empreint d’animosité car tu n’as aucune considération pour qui que ce soit. Tu méprises les vies, ignores les souffrances que tu provoques. Cependant nous sommes de la même engeance : de celle des conducteurs d’engins que nous rendons dangereux. Si tu ne changes pas de comportement, tes enfants conduiront comme toi, s’ils survivent à ta conduite effrénée et si peu respectueuse.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.