L’interruption volontaire de grossesse dans son rapport à l’autre

« Un enfant un enfant de toi-même pas marié un petit bébé » dit l’homme dans la chanson. Le désir d’enfant au masculin est-il équivalent à celui de la femme ?

A quoi correspond la demande quand dans les premiers jours qui suivent la naissance, le nourrisson est entièrement dans un champ clos avec sa mère ?

Quel partage espéré sinon d’un enfant fantasmé que la seule décision d’un utérus complice transforme en réalité ou en non -évènement ?

         La femme et l’homme ont une vision dissemblable de la naissance. Même si la modernité et le style de vie ont érodé l’emprise de la culture sur les comportements, la mère reste sacralisée. Ce statut envié permet à la jeune fille de se hisser au rang des adultes, de se faire entendre, de prendre des initiatives. De préférence avant vingt cinq ans pour échapper à l’appellation de vieille fille entachée de qualificatifs péjoratifs (« ni mariée ni mère, punie certainement pour avoir eu des partenaires multiples, de nombreux avortements destructeurs d’utérus, pas suffisamment attirante »), la jeune fille va pallier son désir d’enfant en une hésitation de grossesse/test. Il ne s’agit pas là d’un désir, mais d’un conditionnement.

         Les étudiantes hors de l’île échappent à cette règle. Ici le regard de l’autre reste vigilant : on sort de chez ses parents pour vivre en couple. Prendre son logement en solitaire paraît suspect : « Tout cela pour faire son goût » selon la formule consacrée ; la médisance n’atteint pas la mère célibataire.

         L’homme de tout âge ressent de la fierté, assuré de son futur titre de père. Il fait là démonstration de sa virilité et la confond avec fertilité. Passé le temps de fréquentation, si aucune annonce de grossesse ne vient le rassurer, il se doit de changer de partenaire car la stérilité pourrait être contagieuse. Un homme n’est jamais stérile. Si d’aventure le changement ne le sécurise pas, la rumeur se chargera de le noter au bas du tableau du plaisir. Piètre satisfaction sexuelle diront les libertines.

         La puissance virile devient synonyme de pouvoir et de force. Elle semble correspondre à l’assujettissement de la femme, à sa soumission. L’homme de soixante ans et plus se vante d’une paternité en cours comme pour asseoir une rivalité avec les moins âgés, ceux qui agacés par une femme sûre d’elle jurent de la « prendre » car bien sûr ils ne peuvent que s’imaginer l’écrasant sous leur poids.

         La relation sexuelle a été pendant longtemps le garant de la perpétuation de l’espèce. Avec la revendication actuelle du plaisir, elle prend une connotation nouvelle, celle de ne pas la mettre uniquement au service de la communauté donc du collectif, mais de l’intégrer plus au plan individuel de l’affect. La contraception l’y incite ; elle autorise de faire un choix : celui de la maternité consciente, « Un enfant quand je veux », mais oblige la femme à une stérilité momentanée.

         Ce temps de stérilité volontaire va générer des contradictions selon les convictions religieuses, le milieu socioculturel, l’histoire familiale. La question inconsciente de cette fonction maternelle n’arrive jamais au réel, elle reste refoulée et s’inscrit dans les comportements. Nombre de femmes lassées d’attendre une proposition de vie commune après trois ans, « tombent enceintes », à cause d’une pilule oubliée. Face au refus de l’ami elles avortent.

         A la première analyse ce qui transparaît est une incitation à forcer le géniteur à prendre ses responsabilités dans un non-dit. Il est vrai qu’un homme non désireux d’enfant peut utiliser le préservatif. Toujours submergé par l’ambivalence, il laisse la femme seule décider de la couverture contraceptive.

         Les derniers chiffres disent que : 3.000 femmes ont avorté en 2016. La majorité des interruptions de grossesse est réalisée en milieu hospitalier, plus d’un IVG sur quatre est pratiquée en cabinet libéral par voie médicamenteuse. Le CHU reçoit des femmes souffrant d’hémorragies ou d’infections consécutives à un avortement clandestin. 47 000 femmes en meurent chaque année dans le monde. Les naissances tournent autour de 3.125. 42% des femmes de 20 à 39 ans et 54% de 45 ans et plus ont subi une IVG. 34% des femmes de 20 à 39 ans et 66% des 35 à 49 ans sont des récidivistes.

         Au regard des chiffres, l’IVG n’est pas une problématique de femmes très jeunes contrairement aux paroles véhiculées, elle touche toutes les tranches d’âge avec des pics aux extrêmes. Si chez les plus jeunes, le chômage pointe l’aspect social de la demande, chez les plus âgées, il n’en est rien. Les femmes aujourd’hui connaissent les différentes méthodes contraceptives mais ne les utilisent pas. D’abord parce que la visite chez le gynécologue n’est pas systématique, elle relève du suivi de la grossesse ou du constat d’une stérilité à traiter, de toute façon d’un problème.

         Les femmes évoquent le spéculum douloureux, la pénible nudité du corps toujours à dissimuler, tant de maux pour dire le refus du dévoilement de l’intimité.

         Ensuite, parce que le contre nature dérange (la pilule régulière qui amenuise les règles, le stérilet corps étranger et ses effets secondaires dont on sent le fil), l’implant est nouveau et demande un temps d’observation. La grossesse est toujours un accident même chez les femmes mariées, comme si rien ne pouvait se prévoir, se décider, se planifier, se parler avant d’agir. C’est la faute à pas de chance. Où se situe le désir quand il y a accident ?

         Hormis le poids de la parole maternelle (il faut attendre le mariage pour faire l’amour, trop jeune pour aimer), les idées erronées (la pilule fait grossir, le stérilet peut percer l’utérus), la pensée magique assortie de celle de toute puissance semblable aux conduites ordaliques (Dieu veille sur moi, cela n’arrive qu’aux autres), l’absence de contraception entraîne l’interruption volontaire de grossesse qui doit se lire dans sa relation à l’autre.

         Prendre la décision d’avorter est parfois une démarche douloureuse. Elle n’est pas nouvelle si on se réfère aux pratiques anciennes transmises de génération en génération. Quand une coutume est établie et acceptée, elle devient une norme. La norme est un déterminisme qui varie selon les cultures.

         Avant, les attitudes abortives tenaient à l’ingestion de thé à l’ananas vert et au vin, aux chutes volontaires du haut d’une branche d’un arbre, aux aiguilles à tricoter introduites dans l’utérus bien avant les méthodes modernes et leur généralisation. La religion pourtant occupait une large place, modelait les formes de pensée. Les catholiques pratiquantes régulaient les naissances sans culpabilité apparente en se cachant des mauvaises langues. La nécessité prenait le pas sur la sensibilité. Mieux accepté dans les familles défavorisées, l’avortement était réprouvé chez la jeune fille car il était le constat de l’échec d’une relation. Son sens premier reposait sur une préoccupation sociale : trop de bouches à nourrir.

         Aujourd’hui la mise à disposition d’informations, de moyens contraceptifs, ne semblent pas modifier les attitudes vis à vis de l’IVG. Le geste tout en restant acceptable s’octroie une tonalité nouvelle, il participe à un mode de communication non déchiffrable sur le plan du réel.

         L’interruption volontaire de grossesse constitue une attaque de la virilité dans la mesure où elle annule ce qui était la preuve d’une fertilité. Dans une mise en scène organisée sur le plan symbolique, elle va jouer sur la peur archaïque du partenaire de n’être pas un homme, car « être un homme c’est avoir un sexe, être viril c’est s’en servir ». Dans une société engoncée dans le besoin de reconnaissance, ce double jeu du : « Je reconnais ta virilitédonc ta puissance, je te permets de l’apercevoir, et maintenant je l’annule », range l’homme dans la catégorie des impuissants : impuissant à voir se matérialiser ce qui a été donné, impuissant à contrecarrer le projet de la femme. La castration délibérée, ressentie dans l’acte d’annulation, comme un défi, éradique le rôle de l’homme et sa participation à un éventuel désir. Il vit la démythification de sa puissance, l’usurpation du pouvoir qui reposait sur sa virilité/fertilité. Maintenant dépouillé de sa mâle arrogance, il assiste à une recomposition subtile de la domination féminine. Elle lui dit à travers l’IVG : « Te permettred’être père dépend de moi, je peux mais je ne veux pas ».

         Cette relation à l’homme ne dispense pas de la souffrance. La prise inconsciente de pouvoir ne satisfait pas la qualité des rapports, comme si dans le siècle de l’androgynie où féminité et masculinité s’entremêlaient, marquer la différence femme/utérus, serait crier un droit à l’existence, reconnaître le vouloir ou le non vouloir de garder ou d’abolir le fœtus. Tout se passe comme si elle seule avait la possibilité de penser un projet d’enfantement. Elle revendique là le fait d’être femme, différente et dominatrice.

         Cependant la relation à l’autre est aussi une relation à soi. Que signifie cette hésitation d’une construction à deux d’un lien entraperçu ?  Qu’est-ce que cela a à voir avec la filiation et la parenté ?

         Ce besoin de menace de punition : « Tu ne mérites pas », correspond aussi au« Est-ce que je mérite ? ». La crainte d’accéder au statut de mère, en se rassurant sur la possibilité de l‘être, démontre les sentiments contradictoires envers celle qui a donné la vie. Peu présente ou envahissante, elle va barrer l’accès imaginaire à une maternité jusqu’à ce qu’une parole libère des entraves de la concurrence supposée. En filigrane, l’objet désiré en la figure du père peut s’estomper et autoriser la légalité d’un homme non châtré, géniteur d’un enfant accepté.

         Crainte et désir, refus et acceptation, fluctuations des sentiments, la femme est incapable d’interpréter cette demande d’IVG, l’homme quelquefois l’accompagne sans comprendre l’enjeu de ce non -évènement. Mère de famille, récidiviste de plus de quarante cinq ans, l’explication du « coup de pompon hormonal » ne suffit pas, ni celui de dissoudre une grossesse tardive générant de la honte. Quand le mari déserte la couche, la situation ponctuelle du désamour va activer ce besoin de castration tout en démontrant une jeunesse encore désirable de ce corps dont il oublie l’adresse plus souvent que rarement.

         Aucune femme ne sort indemne d’un avortement. L’apparente tranquillité affichée n’aura plus cours face à un événement traumatisant des années plus tard, le refoulé faisant retour, événement qui sera vécu comme une punition pour la faute commise.

         Une jeune fille avorte, le copain refusant de prendre ses responsabilités. Elle a 19 ans. Elle en épouse un autre ; de ce mariage naissent deux enfants. Le couple va mal, elle a 43 ans. Le divorce prononcé, la fille décide d’aller vivre chez le père, le garçon reste avec elle. Après une tentative de suicide, la prise en charge psychologique lui permet d’exprimer sa culpabilité par rapport à l’avortement d’il y a vingt quatre ans. « C’est mon châtiment » dit-elle.

         Le nombre d’interruption volontaire de grossesse remet en question les principes de base de la contraception. Ce ne sont pas uniquement les méthodes proposées qui sont en cause, mais c’est probablement tout le système éducatif qui est en totale inadéquation avec la réalité de la population.

         Comment se fait l’éducation sexuelle des enfants ? Avec quels outils ? A quel âge ? Est-elle identique pour les deux sexes, les parents se sentent-ils concernés, y assistent-ils ?

Les professionnels qui parlent de la sexualité aux enfants sont-ils au clair avec leurs propres pratiques sexuelles, ont-ils appris la conduite à tenir face aux réactions de défense ou de désapprobation ?

         Parler de sexe en toute liberté est un exercice difficile ; cela doit se faire sans tiraillement interne. Le non dit est aussi important sinon plus que la communication verbale

La prévention de l’IVG passerait par :

  1. Une éducation sexuelle précoce pour les deux sexes en présence des parents.
  2. Une explication des stades de vie du fœtus au moyen de larges informations publiques afin de faire reculer l’ignorance.

Les méthodes contraceptives pour femmes et hommes gagneraient en acceptation si les personnes concernées pouvaient bénéficier au sein du planning familial de séminaires de formation pour toutes catégories sociales.

L’IVG n’est pas un moyen de contraception. Son utilisation comme tel révèle des enjeux sociologiques dissimulant des éléments psychologiques qui donnent sens à des comportements.

Fait à Saint-Claude le 24 juin 2019

 

 

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.